PIERRE SALLIER
OSTEOPATHE D.O.

"Œuvrons ensemble, pour une santé meilleure!"

                             Pierre Sallier

"Vers une ostéopathie plus mécaniste"

Pierre Sallier, Ostéopathe à Valence, vous explique pourquoi? et comment?

J'ai parfois des douleurs, à type de décharges, ou de brûlures, dans les régions du périnée, avec des sensations de torsions, voire d'étau dans le vagin. Je ne sais plus quoi faire, ça fait deux ans que ça dure, les médecins ont tout essayé, mais mon problème est toujours là.

Voici le récit d'une patiente qui est arrivée dans mon cabinet, après plusieurs séances nous avons réussi à diminuer considérablement sa symptomatologie, par un travail externe, il s'agissait certainement d'une irritation du nerf pudendal (ou nerf honteux interne).

C'est pour cela que je me suis décidé à écrire cet article.

En effet, cette pathologie concerne 3% de la population, les symptômes sont multiples et les patients ont un diagnostic posé souvent tardivement, parfois des mois ou des années...

L'anatomie en bref...

Issu des racines S2 à S4, le nerf obturateur chemine dans le bassin, en passant à proximité directe des ligaments sacro-épineux et sacro-tubéral, puis dans un étroit canal, le canal pudendal (ou Alcock). Il donne enfin naissance à trois branches : le nerf dorsal du clitoris (ou de la verge), le nerf périnéal et le nerf rectal inférieur.

Ce nerf intervient dans :

- La sensibilité de la marge anal et l'innervation du sphincter externe

- L'innervation des téguments du périnée, des bourses ou des grandes lèvres

- L'innervation des muscles bulbo-caverneux et ischio-caverneux et le sphincter strié de l'urètre.

Le passage de ce nerf dans le petit bassin ainsi que ses rapports anatomiques avec son environnement, le rendent susceptible d'entrer en conflit de voisinage, pouvant être à l'origine d'une irritation ou d'une compression de ce nerf.

 

La névralgie du pudendal se met en place !

Des symptômes divers et variés

La description des douleurs selon les patients est parfois étonnante et diversifiée, et c'est en ça que l'on peut dire que les symptômes sont multiples.

- Localisation des douleurs : dans la région périnéale, irradiant dans le scrotum, la verge ou la vulve, pouvant diffuser à la face interne de la cuisse, l'ischion ou la fesse. La douleur est le plus souvent unilatérale.

- Type de douleur : engourdissement, brûlure, démangeaisons, fourmillements, douleurs musculaires (crampe ou hypertonie notamment des muscles fessiers), modifications des sensibilités sexuelles (augmentation des douleurs à l'orgasme, à la pénétration, à l'éjaculation, pouvant entraîner parfois des troubles de l'érection). Parfois sensation de corps étranger dans le vagin ou dans le rectum, ou même sensation de s'asseoir sur une balle dure.

- Majoration / Diminution des douleurs : majoration à la position assise, le patient ne s'assied que sur une fesse ou préfère habituellement rester en position debout, diminution voire disparition des douleurs à la marche.

Facteurs favorisants ou déclenchants

Facteurs favorisants

- Cyclisme (intensif)

- Profession en position assise prolongée

- Certaines particularités anatomiques

- Dans 60% des cas : femmes, entre 50 et 70 ans

- Grossesse, accouchement, efforts de poussée (ex : défécation)

Facteurs déclenchants

- Sortie longue en vélo ou intensification des sorties

- Accouchement difficile

- Effort de poussée à la défécation (en cas de constipation chronique)

- Chute violente sur les fesses

- Infection locale

Les traitements possibles

Médicamenteux

Traitement antalgique des douleurs neuropathiques. De plus, des infiltrations peuvent être mises en place localement, ceci correspond à une application d'anesthésie locale, et de corticoïdes.

Chirurgical

La neurolyse du nerf pudendal, se fait en dernier recours après avoir essayé les traitements médicaux et les infiltrations, elle consiste en une décompression du nerf.

Neuromodulation

Il s'agit d'une technique efficace, qui se fait par une implantation d'un système d'électro-stimulation.

Kinésithérapie

Fort de 12 ans d'expérience du métier de kinésithérapeute, je pourrais vous parler amplement de cette prise en charge. En résumé le kinésithérapeute va avoir une action décontracturante et antalgique (TENS), il va conjointement proposer une rééducation adaptée afin d'améliorer la symptomatologie, on a généralement grâce à cette rééducation une amélioration progressive des symptômes. 

Ostéopathie

Pourquoi vous orienter vers un Ostéopathe !

Ma façon d'aborder cette pathologie en ostéopathie structurelle est simple dans son concept mais fastidieuse dans sa réalisation. Le but est de redonner de la souplesse et de l'élasticité à des structures tissulaires ou ligamentaires qui en ont perdu. Ainsi, je redonne de la liberté au nerf pudendal permettant une diminution de l'inflammation ou de l'effet compressif.

Ce travail est enrichi d'un libération mécanique des zones d'appui de votre corps, permettant d'optimiser votre état d'équilibre et de diminuer vos compensations posturales.

 

Quels moyens sont ils mis en place au cours de la séance ?

Une investigation mécanique associée à un traitement structurel est mise en place au cours de la séance.

- Investigation articulaire : localement (bassin dans sa globalité : sacro-iliaques, symphyse pubienne, coccyx) et à distance (dorsales basses, hanche, genou, pied)

- Investigation ligamentaire : ligaments sacro-épineux, sacro-tubéraux, membranes obturatrices, ligaments ilio-lombaires.

- Investigation viscérale : d'abord globale puis au niveau des régions sus pubienne, ainsi que des fosses iliaques droite et gauche.

- Investigation musculaire spécifique (piriforme, obturateur interne, plancher pelvien), mais aussi au niveau des adducteurs à la recherche de points trigger pouvant donner des symptomatologies proches de la névralgie du pudendal.

 

Combien faut-il prévoir de séances ?

Je ne suis pas un adepte de faire revenir mes patients pour le plaisir, car c'est la meilleure façon de vous faire perdre votre temps et le mien.

En revanche, la prise en charge d'une névralgie du pudendal peut être plus longue pouvant aller parfois jusqu'à 3 ou 4 séances. On doit obtenir des résultats entre chaque séance ! Les symptômes doivent diminuer en fréquence ou en intensité, au cours du traitement.

Si vous pas n'avez encore fait de séance d'ostéopathie, je vous recommande vivement de venir !

"Œuvrons ensemble pour une santé meilleure!"

 

 

 

Pierre SALLIER

Ostéopathe D.O.

tel : 06.81.47.43.14

www.sallier-osteopathe.fr

 

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib